Comment éliminer une infection vaginale à levures ?

Femme qui porte une culotte blanche
173 Partages

Chaque année des millions de femmes souffrent d’infection vaginale à levures, y compris des infections douloureuses qui réapparaissent juste au moment où vous pensez qu’elles sont parties pour de bon.

En fait selon les gynécologues les estimations montrent qu’environ 75% des femmes auront une infection vaginale à levures à un moment ou à un autre de leur vie.

Mais quelle est la cause de cette problématique féminine ?

Vous l’aurez compris : il s’agit de la levure !

Mais saviez-vous que que le même type de levure qui pousse sur les arbres est en fait très similaire au type qui peut se développer à l’intérieur du corps et conduire à une infection ?

Si le type de levure qui provoque les infections vaginales ainsi que les manifestations de la candidose peut être totalement inoffensif, à un moment donné, ses niveaux peuvent être suffisamment élevés pour prendre le dessus sur les bonnes bactéries de votre corps.

La bonne nouvelle c’est qu’il existe plusieurs mesures naturelles que vous pouvez prendre pour tenter d’éliminer une infection vaginale à levures.

Celle-ci peut être accompagnée à la maison avec des compléments, des huiles essentielles, un régime alimentaire riche en nutriments adéquats et des probiotiques.

Je vous dévoile aujourd’hui six solutions naturelles pour prévenir ce problème que trop de femmes ne semblent pas pouvoir résoudre.

Qu’est-ce que je peux bien faire ?

Le corps humain abrite des millions de levures dont beaucoup sont considérées comme bonnes pour notre bien-être.

Considérez ceci : le type de levure utilisé pour la fabrication de la bière et du pain a un rôle bénéfique en améliorant notre système immunitaire et en aidant à produire des nutriments.

L’espèce de levure responsable des infections à levures est une souche appelée candida albicans, qui peut conduire à une prolifération connue sous le nom de candidose.

Toutes les souches de levure sont des types de champignon qui, techniquement, ne sont pas du tout des plantes car ils n’utilisent pas la chlorophylle (un type d’énergie que les plantes utilisent pour se développer).

Les levures et les champignons sont également uniques et différents des plantes car ils peuvent en fait fabriquer leur propre nourriture, ce qui est précisément la façon dont ils se multiplient et se répandent dans le corps.

L’infection vaginale à levures, également appelée candidose vaginale ou candidose vulvo-vaginale (CVV) est causée par le candida albicans.

Il s’agit d’un type d’infection du vagin dont les manifestations ressemblent à celles de la vaginite.

L’infection vaginale à levures qui revient sans cesse est connue sous le nom de candidose vulvo-vaginale chronique.

Bien qu’il existe un certain nombre d’affections différentes qui sont regroupées sous le terme général de vaginite, y compris la trichonomase ou la vaginose bactérienne, l’infection vaginale à levures est la plus courante.

Certaines femmes sont aux prises avec des douleurs vulvaires chroniques appelées vulvodynie.

Bien que cette affection puisse être aggravée par des infections à levures et soit parfois confondue avec ces dernières, il s’agit d’une affection différente qui provoque des rougeurs et des brûlures de la vulve.

La cause de la vulvodynie n’est pas bien comprise mais il existe des options de traitement.

Les manifestations de l'infection vaginale à levures

Les infections à levures de toutes sortes ont tendance à se développer dans les zones du corps où les conditions sont les plus favorables à la reproduction des levures et des moisissures.

Les levures et les champignons prolifèrent dans des conditions humides de sorte que les plis du corps sont généralement plus sujets aux infections, notamment :

  • la bouche et la gorge
  • les organes génitaux
  • les aisselles
  • la région anale
  • le nombril
  • la cavité nasale et autour du nez
  • dans les oreilles
  • les ongles des mains et des pieds
  • entre les doigts de pieds
  • le tube digestif

Lorsque les levures envahissent le vagin, des manifestations d’une infection vaginale à levures peuvent apparaître, notamment :

  • démangeaisons parfois très inconfortables et graves
  • des pertes vaginales blanches, épaisses, grumeleuses
  • une peau irritée autour de l’entrée du vagin (vulve et lèvres)
  • des rougeurs et des gonflements,
  • de légers saignements
  • des douleurs en particulier lors des rapports sexuels et des menstruations ou en urinant

En général les infections à levures sont évidentes et quelque peu inconfortables surtout si elles ne sont pas traitées, et les manifestations continuent à s’aggraver.

Cependant certaines femmes ne se rendent pas compte qu’elles ont une infection vaginale à levures ou la confondent avec un autre problème, comme une infection urinaire, les effets secondaires de la pilule contraceptive ou des règles irrégulières ou une Maladie Sexuellement Transmissible (MST) par exemple.

Lorsque le candida albicans se propage, il est capable de s’étendre à différentes parties du corps et de causer tous types de problèmes.

Tout comme vous pouvez être atteinte d’une infection vaginale à levures causée par la prolifération de candida albicans dans les parties génitales, la levure peut également envahir votre système digestif.

C’est comme une forme d’infection interne à levures digestives qui provoque de la fatigue, des troubles digestifs, des changements d’appétit ou des envies incontrôlables de nourriture.

Femme souffrant d'une infection vaginale à levures
Photo prise par Engin_Akyurt à partir de Pixabay

Comment accompagner l'infection à levures ?

Gardez votre peau propre et sèche

La levure ne peut se multiplier à des niveaux nocifs que lorsque les conditions sont idéales.

Le meilleur moyen d’empêcher la propagation des levures est de garder la peau propre, sèche et exempte d’éraflures ou de blessures.

Une bonne hygiène et le soin appropriés des coupures ouvertes permettent de prévenir les infections, que ce soit dans le vagin, la bouche ou ailleurs.

Veillez à bien vous sécher après la douche ou le bain car le candida albicans aime l’humidité et la chaleur.

Lorsque vous allez aux toilettes, vous pouvez réduire le risque de propagation en vous essuyant de l’avant vers l’arrière (du vagin vers l’anus et non l’inverse).

Après un rapport sexuel, veillez à bien rafraîchir la zone génitale.

Il est possible de transmettre des infections à levures lors de rapports sexuels de personne à personne et même si les femmes sont beaucoup plus susceptibles de porter ce genre d’infections, les hommes – en particulier ceux qui ne sont pas circoncis – peuvent également en développer.

Ayez toujours des relations protégées en utilisant des préservatifs et abstenez-vous totalement si vous ou votre partenaire êtes atteints d’une infection très active.

Portez des vêtements propres

Veillez à porter des sous-vêtements propres et, idéalement, choisissez-en qui soient en coton ou un autre tissu respirant.

Permettre à l’air d’atteindre vos parties génitales aide à empêcher l’humidité et la chaleur de se développer, ce qui aggrave la croissance des levures.

Vous pouvez également porter des vêtements plus amples et éviter les bas, les collants ou les maillots de bain si vous êtes sujette aux infections, car ils augmentent la chaleur corporelle et retiennent l’humidité.

Lorsque vous portez un maillot de bain, essayez de ne pas y rester trop longtemps, surtout si le maillot est mouillé ou sale.

Renforcez votre immunité grâce à un régime alimentaire adapté

Un régime alimentaire qui renforce votre système immunitaire peut aider votre corps à rester en pleine forme, ce qui réduit considérablement le risque d’infection puisqu’une augmentation des globules blancs protecteurs est capable de cibler le problème avant qu’il ne s’aggrave.

C’est la raison pour laquelle un système immunitaire affaibli est l’un des principaux facteurs de risque des infections à levures récurrentes.

Les personnes atteintes de virus comme le VIH ou de maladies auto-immunes, de diabète ou de cancer sont toutes susceptibles de développer plus souvent des infections.

Diabète et infection vaginale à levures
Photo prise par PhotoMIX-Company à partir de Pixabay

Soutenez votre système immunitaire en adoptant un régime alimentaire riche en nutriments, notamment en légumes non féculents, en graisses saines – dont l’huile de coco antimicrobienne – en probiotiques et en sources de protéines de qualité.

Les aliments probiotiques – y compris ceux qui contiennent des bactéries telles que les lactobacilles ou les acidophiles – sont bénéfiques pour lutter contre les infections de toutes sortes et se sont avérés opportuns pour les infections vaginales à levures.

Les aliments fermentés – y compris les produits comme le kéfir ou le yaourt grec, le kombucha  – contiennent tous une composition probiotique qui aide à protéger les intestins, à améliorer le système immunitaire et à combattre la levure.

Les probiotiques sont des bonnes bactéries qui entrent en compétition avec les mauvaises bactéries dans l’organisme.

Les bonnes bactéries qui vivent dans votre corps et sur votre peau sont en concurrence avec le candida albicans pour les bons nutriments que vous mettez à leur disposition.

Heureusement ces bonnes bactéries sont généralement plus fortes que le candida albicans.

En ce qui concerne votre alimentation, veillez à contrôler votre glycémie car un taux de sucre élevé favorise la croissance du candida.

Certaines personnes atteintes de prolifération de levure doivent éliminer presque toutes les sources de sucre, au moins pendant un certain temps.

Cela comprend la plupart des aliments transformés, l’alcool, les produits laitiers classiques, les fruits et même les légumes féculents.

Il vous faudra peut-être faire des erreurs et des essais pour mettre au point la bonne alimentation car chacun réagit différemment.

Un effet secondaire positif est que suivre un régime « anti-candida » peut également fournir des bactéries bénéfiques, réguler votre appétit et réduire vos envies de glucides et de sucres raffinés.

Excès de sucre et infection vaginale à levures
Photo prise par congerdesign à partir de Pixabay

Eliminez les allergies

Parfois les préservatifs (latex), les savons ou autres produits d’hygiène tels que les huiles de bain, les tampons ou gel douche peuvent provoquer des allergies et des infections.

Les produits chimiques sont irritants pour la zone génitale sensible et peuvent avoir un impact négatif sur l’équilibre des bactéries dans votre vagin.

Si vous avez récemment commencé à utiliser de nouveaux produits et que vous remarquez des infections, essayez de changer et d’utiliser quelque chose de plus naturel à la place.

Faites également attention à l’utilisation de produits qui provoquent une irritation vaginale comme ceux contenant des colorants chimiques, des parfums de synthèse et d’autres ingrédients agressifs.

Évitez si possible ces causes potentielles d’infection à levures.

Heureusement il existe généralement des alternatives facilement accessibles.

Par exemple si les tampons ont tendance à provoquer des allergies, essayez plutôt d’utiliser des serviettes hygiéniques douces et évitez toujours les tampons parfumés synthétiquement.

Un autre mot sur les douches vaginales : non seulement elles peuvent provoquer des réactions allergiques mais elles peuvent aussi altérer l’équilibre naturel des bonnes bactéries dans votre vagin.

Cela peut à son tour créer un environnement qui permet au candida de se développer, ce qui entraîne une infection à levures.

Les douches vaginales peuvent également entraîner d’autres problématiques telles que les maladies inflammatoires pelviennes, la vaginose bactérienne, les complications de la grossesse et le cancer du col de l’utérus.

Il n’existe aucune preuve tangible que les douches vaginales apportent de réels bienfaits pour le bien-être.

Le vagin se nettoie naturellement et les douches font souvent plus de mal que de bien.

Pour toutes ces raisons je ne recommande pas la douche vaginale.

Prenez en considération d'autres problématiques

Certaines conditions médicales préexistantes peuvent augmenter votre susceptibilité aux infections vaginales à levures car elles modifient l’équilibre bactérien et chimique de votre corps.

Deux exemples sont les déséquilibres hormonaux – y compris ceux qui provoquent des niveaux élevés d’oestrogènes ou de progestérone – et le diabète de type 2.

Vous savez probablement que le diabète est une problématique dans laquelle le taux de sucre dans le sang joue un rôle important, mais saviez-vous que le sucre alimente également la croissance du candida albicans ?

Si vous suivez un régime alimentaire riche en sucre ou si vous ne gérez pas correctement votre glycémie, vous donnez à la levure plus de carburant pour se multiplier.

Diabète et infection vaginale à levures
Photo prise par stevepb à partir de Pixabay

En ce qui concerne les hormones, l’hormone sexuelle féminine appelée progestérone peut augmenter les infections à levures dans la zone vaginale car elle accroit la production de glycogène, un amidon naturel qui se transforme facilement en sucre.

Le candida peut se développer à partir de ces molécules d’amidon, et parce que les femmes ont naturellement des niveaux de progestérone plus élevés que les hommes, elles sont plus susceptibles à la prolifération de levure.

Les hommes peuvent également développer des infections à levures.

Mais les hormones sexuelles féminines les rendent beaucoup plus probables, en particulier lorsque les hormones sont significativement élevées pendant la deuxième moitié du cycle menstruel, pendant la ménopause, lorsqu’une femme prend des contraceptifs ou lorsqu’elle est enceinte.

Combattez la levure avec des suppléments et des huiles essentielles

Certains suppléments et huiles essentielles sont bénéfiques pour stopper la levure dans sa course, notamment :

  • les suppléments probiotiques qui sont l’un des meilleurs accompagnements naturels pour les infections à levures car ils reconstituent les bonnes bactéries
  • le vinaigre de cidre de pomme qui aide à équilibrer les niveaux de pH
  • le sureau et le chardon-marie qui aident à nettoyer votre foie
  • l’acide borique qui est une alternative sûre aux traitements plus conventionnels
  • les antioxydants tels que la vitamine C qui aident à renforcer le système immunitaire
  • les huiles essentielles comme le tea tree, la lavande vraie et la myrrhe diluées dans de l’huile de coco en application topique.

Les causes sous-jacentes de l'infection vaginale à levures

À tout moment des millions de levures vivent dans et à la surface de votre corps.

On estime que parmi ces micro-organismes, il existe plusieurs centaines de types de levures différentes qui prennent place pour la plupart dans des endroits humides du corps.

Bien que la plupart des levures ne présentent aucune menace pour votre bien-être, un petit pourcentage de ces champignons est potentiellement nocif et capable de provoquer des infections.

Levures dans le corps humain
Photo prise par Getty Images Pro à partir de Canva

Alors que les espèces communes de levures se développent particulièrement dans des endroits comme la bouche, la gorge, le nez, les intestins et les aisselles, si vous regardiez au microscope, vous constateriez qu’elles sont toujours présentes partout dans le corps et sur la peau de la plupart des humains et des animaux.

Les levures vivent également dans notre système digestif, plus précisément dans la paroi interne de l’intestin.

C’est tout à fait normal et, en fait, bénéfique d’une certaine manière, puisque certains types de levures aident à assurer que nous ayons des matières fécales régulières et normales.

Cela est même vrai pour le candida albicans que nous avons tous en quantité telle qu’elle ne pose aucun problème lorsqu’elle ne se multiplie pas rapidement et commence à évincer les autres bactéries et microbes.

Alors où les choses vont-elles mal et comment une infection se développe-t-elle ?

Dans le cas de l’infection vaginale à levures, le candida albicans se fixe d’abord sur les nouveaux-nés dès leur naissance, après être entré en contact avec les levures de la mère.

Normalement cela se produit au moment de la naissance ou, dans certains cas, peu de temps après.

Lorsque le bébé a environ 6 mois, il y a 90% de chances que le candida albicans soit présent dans son organisme.

Une mère et son bébé
Photo prise par PublicDomainPictures à partir de Pixabay

Le candida albicans est généralement inoffensif à ce stade, et bien que le système immunitaire d’un nouveau-né ne soit pas encore très développé, il est capable de fonctionner normalement et d’empêcher la levure de trop se développer.

Dans un petit pourcentage de cas, un bébé n’est pas encore assez fort pour contrôler la levure.

C’est pourquoi certains nourrissons souffrent d’infections à levures connues sous le nom de muguet buccal.

Lorsqu’une personne à un système immunitaire fort et qui fonctionne correctement, elle est capable de maintenir un équilibre entre toutes les différentes souches de microbes, ce qui lui permet de combattre le candida de manière naturelle et de rester en bonne santé avant qu’un problème ne se pose.

Les bonnes bactéries sont capables d’équilibrer les mauvaises bactéries, ce qui signifie que vous restez à l’abri des infections, des troubles digestifs, etc.

Par exemple une souche de bactérie courante appelée  lactobacillus acidophilus est normalement présente dans le vagin, ce qui empêche d’autres organismes, notamment les levures, de prendre le dessus.

Cela peut se produire après la prise d’antibiotiques qui éliminent certaines des bonnes bactéries, en raison de déséquilibres hormonaux, pendant la grossesse ou en raison de certaines conditions qui facilitent la croissance des levures.

Le candida albicans et d’autres types de levures sont essentiellement à l’affût de sources de nutrition qui leur permettent de se développer et de se reproduire, et l’une des sources qui les nourrit le mieux est la présence de bactéries.

Dans le corps c’est presque comme si les organismes de levure pouvaient se parler et faire savoir à tout le groupe quand une source de nutrition est disponible, ce qui fait que la levure gravite vers cette source pour pouvoir s’en nourrir et se multiplier rapidement.

Pour continuer à construire et à faire croître leur colonie, les levures sécrètent des enzymes hydrolytiques afin de transformer les matières indigestibles du corps en nourriture utilisable.

À mesure que les levures s’accumulent dans une zone, il se forme un type de moisissure susceptible de provoquer des infections à levures.

Photo prise par Loesjex à partir de Pixabay

Les risques de développer une infection vaginale à levures sont les plus élevés :

  • après un traitement antibiotique pendant la grossesse (en raison du taux élevé d’hormones sexuelles féminines)
  • lorsqu’une femme présente un déséquilibre hormonal ou prend des pilules contraceptives
  • lorsqu’une femme a un système immunitaire affaibli
  • à peu près au moment du cycle menstruel (les infections sont plus susceptibles de se produire pendant la semaine précédant les règles ou après, en particulier si des tampons sont utilisés)
  • chez les femmes atteintes d’un diabète non contrôlé
  • en raison d’une mauvaise hygiène, y compris une peau sale ou le port de vêtements humides et sales.

Comment savoir s'il s'agit d'une infection vaginale à levures ?

Les manifestations d’une infection vaginale à levures peuvent être confondues avec d’autres problématiques.

Si c’est la première fois que vous en avez une et que vous n’êtes pas sûre à 100% de la cause de vos manifestations, je vous conseille fortement de consulter votre médecin/gynécologue.

Il existe au moins six autres conditions et problématiques qui peuvent être confondues avec une infection vaginale à levures.

Il s’agit notamment de :

  • Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) telles que la chlamydia, la trichonomase, l’herpès et les verrues génitales
  • réactions allergiques aux produits d’hygiène féminine, au savon ou même à la lessive
  • le manque d’oestrogènes entraîne un rétrécissement de la peau, ce qui provoque une sécheresse vaginale et des démangeaisons
  • les hémorroïdes peuvent également provoquer des démangeaisons dans la zone vaginale
  • autres affections cutanées
  • petites lésions ou coupures.

Votre médecin peut exclure d’autres types d’infections ou de troubles et vous donner un diagnostic sur la présence ou non d’une infection vaginale à levures.

Si vous en connaissez déjà les manifestations, vous pouvez tenter de l’accompagner vous-même à la maison.

N’oubliez pas qu’au moment de vos règles, vous êtes plus susceptible de contracter une infection vaginale à levures, car le fluide sanguin peut augmenter le pH dans le vagin et modifier les niveaux d’hormones, ce qui permet aux levures de se multiplier plus rapidement.

Quoiqu’il en soit vous pouvez généralement attendre quelques jours avant de consulter votre médecin si vous suspectez un problème.

Mais n’attendez pas plus d’une semaine si les manifestations ne disparaissent pas.

Si vous avez des saignements inattendus, consultez d’urgence.

Une femme inquiète
Photo prise par RyanMcGuire à partir de Pixabay

Votre médecin devra procéder à un examen pelvien.

Il peut également décider de faire des tests sanguins ou des cultures pour diagnostiquer une infection vaginale à levures.

Il pourra alors vous prescrire un antifongique oral tel que le fluconazole et vous recommander une crème sur ordonnance pour combattre l’infection.

Si vous décidez de prendre en charge l’infection par vous-même, il existe des dizaines de traitements en vente libre, notamment des suppositoires, des crèmes antifongiques et des pommades, disponibles dans les magasins, parapharmacies, etc.

Bien que certaines prescriptions puissent être utiles pour arrêter les infections récurrentes, en fin de compte, la plupart des crèmes réduisent les manifestations sans s’attaquer à la cause première.

Les infections à levures fonctionnent en creusant leur « nid » profondément sous la peau ou à l’intérieur du corps, ce qui leur permet d’absorber des nutriments et de continuer à survivre.

Ainsi si vous ne mettez des crèmes qu’en surface, il vous manque un grand pourcentage de la levure qui se multiplie en dessous.

C’est l’une des raisons pour lesquelles certaines femmes souffrent sans cesse de différentes formes de vaginites et d’infections vaginales à levures.

Évitez d’utiliser inutilement des antibiotiques chaque fois que vous le pouvez car ils peuvent finir par tuer les bonnes bactéries, en plus des mauvaises, et entraîner une résistance aux antibiotiques.

Une fois que les bonnes bactéries sont éliminées, il est plus facile pour les levures de se développer à l’avenir, et cela ouvre également la voie à la formation d’autres infections, puisque même une toute petite quantité de mauvaises bactéries peut facilement se multiplier lorsqu’elles ne sont pas contrôlées.

Candid'Oust !

Bannissez le Candida albicans pour de bon | Programme 100% en ligne

Digest'Coaching Mister Naturo
Digest'Coaching

Accompagner l'intestin avec la Naturopathie | Suivi individualisé

173 Partages
Maxime Beune, naturopathe et créateur de Mister Naturo

Rédigé par Maxime Beune

créateur de Mister Naturo
Naturopathe spécialisé dans les problématiques digestives de type hyperperméabilité, syndrome de l'intestin irritable, SIBO, MICI, RGO et prolifération de Candida albicans, auteur aux éditions Jouvence, chroniqueur webzine et conférencier, Maxime vous dévoile ses petits secrets de bien-être au naturel dans la joie et la bonne humeur.

Laisser un commentaire

En envoyant votre message, vous consentez à ce que Maxime Beune, en sa qualité de responsable de traitement, collecte vos données afin de pouvoir afficher et répondre à votre commentaire. Pour faire valoir votre droit d'accès, de rectification, d'opposition ou d'effacement, consultez la politique de gestion et d'utilisation des données personnelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.